Histoire à dormir debout, Nature poésie, Voyage en 21

Le faiseur de légendes

Il était une fois quelque part assis sur un rocher
les pieds dans la vase et le sable 
un artiste
on l’appelait l'ancêtre, faiseur de légendes



Il y a longtemps dans le Temps du Rêve, 
quand les esprits des Coquillages façonnèrent l’océan et tous ses êtres vivants, 
un vieil homme sage eut l’idée de fabriquer un pinceau spécial très fin,  
fait avec des poils de sa barbe 
attachés au bout d’un petit morceau de bois flotté ballotté par les vagues.
Avec ce bâton il deviendrait le faiseur de dessins 
sur quelques coquillages seulement
Ces coquillages peints par ses mains seraient magiques : 
celui qui les croquerait patiemment 
comme l’artiste avait croqué ces dessins cabalistiques 
puis conserverait les coquilles comme reliques, 
talismans, gri gri porte bonheur,  
serait à jamais dépositaire de tout ce qui fait la poésie de la vie.
Un jour, le bâton messager et le vieil homme 
appelèrent les grands esprits des Ancêtres Coquillages.
Il se tint assis sur un rocher les pieds dans la mer, 
pointa son pinceau vers l’Ouest 
et appela chacun d’une voix douce:  
bigorneau, palourde, coque, couteau, 
coquille St Jacques, huître, moule ....
tous ces êtres de rien qui vivent entre vase sable et rochers s’avancèrent 
C’est dans l’instant que ces coquillages furent visibles aux hommes.
Il donna une mission à chacun des esprits coquillage
Ils devaient étonner et régaler les hommes 
qui auraient la patience le respect la politesse l’amour de ce qu’offre la mer.
Ce magicien fait partie de ces aborigènes attachés à leur mer 
et qui de quelques coups de pinceaux aux couleurs naturelles entre ocre et sable dessinent sur les coquillages 
le temps qui passe, 
la beauté première 
l'appartenance à un monde entre terre et mer.
Le vieil homme est artiste messager, il n’annonce pas la pluie, 
il annonce un temps nouveau.
Et moi j’ai trouvé sur la coquille de ces trois palourdes les dessins du vieil homme.


Maintenant je sais
je garde à jamais ces coquilles. 
Dans mon cœur elles seront l’esprit du Grand Sage.







Écrire des histoires n’est pas un métier, c’est un passe-temps.
Une histoire, un conte poétique c’est une eau qui va et vient entre toi le lecteur et moi
comme va et vient l’océan.
Viens et plonge ton regard dans cette eau en mouvement présente et fuyante.

Alors tu comprendras que ce que je veux faire jusqu’à la nuit des temps
c’est apprendre à regarder les palourdes,
c’est apprendre à regarder passer le temps.


jamadrou © "Voyage en 21" coquille-âge 12/04/21



Dessin ou dessein aborigène ?

8 réflexions au sujet de “Le faiseur de légendes”

    1. Oui Balaline et les enfants de tous les temps savent que les coquillages ont été décorés juste pour leur faire plaisir durant leur promenade
      Douce journée

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s