page pour l'Herbier Poésie

L’abeille

Photo Gérard Bouquin-Destal©
Si comme l’abeille je pouvais me réveiller un matin
débarrassée du temps, celui qui passe et ne revient pas
débarrassée de ce présent lourd de noirceur
alors je butinerais l’instant
en une imprécise destination
une insouciance première.
Rien ne troublerait ce matin 
au cœur d’une fleur mauve empli de tentations
tentations que je ne saurais confondre avec la vie
mais saurais inconsciemment 
qu’il s’agit de ma survie, notre survie
Si comme l’abeille je sortais
volais au-dessus de cette fleur mauve-tendresse
à la beauté parfaite
cinq pétales disposés parfaitement
comme une main tendue
des étamines pleines de pollen
Quel haut vol ferait mon cœur lassé
J’amasserais dans mon panier à pollen
cette source de protéines de graisse de vitamines
Et j’irais tout déposer à la ruche pour nourrir les petites abeilles.
Je ferais tout ça parce que c’est ainsi
Aucun état d’âme, la vie sans avis
La vie où tout est écrit.

Suffirait-il d'un seul matin dans l’aube claire
D’une seule fleur mauve-tendresse
de quelques coups d’ailes,
de pattes couvertes de pollen
pour me faire croire
qu'il est encore possible de continuer à vivre impunément ?

jamadrou © "Les mots pour vous dire" oct 20
 
 

18 réflexions au sujet de “L’abeille”

  1. Mère nature, mère nourricière, à se partager entre 7 millards d’individus… un partage pas très équitable entre les nécessiteux, les faméliques et les ventres pleins… le mot fraternité un vain mot…

  2. Coucou Jama, j’ai rajouté sur l’herbier. Le petit matin dans l’aube claire existe encore, il nous fait signe afin de comprendre que tout, en effet, ne se vit pas impunément qui ne respecte pas la vie. Je suis l’abeille, je suis la fleur, le vent, la terre, toi et tout, je suis cette vibration qui nous lie (c’est ainsi que j’entends le message). Tout est toujours possible quand le cœur s’ouvre en confiance. Merci de cette belle paticipation.
    herbierdepoesies@gmail.com

  3. Vivre impunément non, mais vivre en recherchant les possibles qui se cachent derrière la saison qui passe et qui reviendra malgré tout… Ni la fleur, ni l’abeille n’a dit son dernier mot !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s