Décalé, En écho

Virus, ver de terre.

Envolez-moi au dessus du corona
des masques et de tout le tralala
"La terre est une grande bouche souillée,
ses hoquets, ses rires à gorge déployée,
sa toux, son haleine, ses ronflements quand elle dort
me triturent l’âme." *
je vous envie mouettes, goélands, fulmars, graves à bec rouge 
donnez-moi un tapis volant
qui me porte par delà les océans
je me reposerai sur la ligne d'horizon
celle qui relie mer et ciel
en abandonnant la terre.

* Max Jacob La terre.  "Sacrifice impérial"





8 réflexions au sujet de “Virus, ver de terre.”

  1. S’envoler… rejoindre le ciel
    Ne plus entendre des propos qui tel un virus couvent, gonflent, s’étendent
    Une fermentation putride et insidieuse
    Foudroyant l’esprit encore plus que le corps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s