couleur et mot

Assis dans la rue il peint…

Pour faire vibrer la joie nouvelle
Les oiseaux se mettent à chanter
Le secret de leur ritournelle
Et l’artiste se met à dessiner
Sur la vitrine une lyre
Pour nous inciter à entrer
En musique et en sourire
Goûter ce vin qui fait rêver 
Qui rend notre cœur lyrique
Et fait notre âme poétique
Comme au temps de la Grèce antique





		

9 réflexions au sujet de “Assis dans la rue il peint…”

    1. Bravo!
      Je crois bien Colette que tu as deviné quelle devanture de magasin ce peintre est entrain de décorer . Il m’a dit qu’une phrase il allait rajouter, je vais aller voir dans la journée

    1. « Combien d’hommes aujourd’hui, entassés par milliers dans des forêts de béton, de métal, d’asphalte, combien de savants dans leurs cages de verre, ne savent plus ce qu’est le clignotement des lucioles aux nuits de juin ou les ors du mélèze en octobre? L’homme peut-il vivre sans jamais voir éclore un bourgeon d’amandier? Une rose sur la table en plein Paris, est-ce du luxe? La grisaille d’une pièce et d’une journée n’en sont-elles pas parfumées? Les pétales n’en tomberont pas, sinon dans le coeur, pour l’embaumer. »

      Daniel-Ange,

      1. Josette,
        Une lyre peinte sur une vitrine en décembre n’apporterait-elle pas autant de musique et de joie qu’un verre bu en solitude dans une de ces cages en béton ??

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s