J'ai mal

Quitter ce lopin de terre…

Ici vivait un tilleul
Un jour sur cette terre une famille est née , a grandi, a aimé la vie…






"Quitter à présent toutes ces choses confuses
tout ce que nous possédons et qui pourtant ne nous appartient pas,
ce qui telle l’eau des vieilles fontaines
nous reflète en tremblant et décompose notre image ;
toutes ces choses qui telles des plantes armées d’épines
s’accrochent à nous une dernière fois, – ne pas s’arrêter,
et ceci et celui-là
que l’on ne voyait plus
(tant ils étaient quotidiens et ordinaires)
les regarder tout à coup en face et de près ;
d’un œil doux et conciliant comme pour la première fois ;
sentir confusément combien impersonnelle
et s’abattant sans choix allait la douleur
dont l’enfance était jusqu’aux bords remplie – :
et partir tout de même, arrachant la main à la main
comme si on rouvrait une plaie déjà guérie
et aller plus loin : mais où ? vers l’inconnu,
profondément dans un pays étranger et chaud,
qui derrière tous nos affairements démêlés
se tiendra indifférent comme un décor : jardin ou mur ;
et continuer : mû par quoi ? par nécessité ou tempérament,
par impatience ou attente obscure,
par impossibilité de comprendre ou sottise :
Prendre tout cela sur soi et en vain,
laisser tomber des choses que peut-être on tenait
pour mourir tout seul et sans savoir pourquoi – :
Est-ce là l’entrée d’une vie nouvelle ?"

Rainer Maria Rilke

11 réflexions au sujet de “Quitter ce lopin de terre…”

  1. Je reviens doucement… demain je serai à Lille.
    Mais, en passant, j’ai lu ce magnifique poème que je ne connaissais pas.
    Un questionnement qui me parle comme je pense qu’il parle à tous ceux qui sont partis pour un ailleurs en quittant une terre, un pays, une maison, des êtres qu’ils aimaient.
    Pas forcément pour mourir, même si nous le faisons tous un jour ou l’autre.
    J’espère que ce ne sera pas forcément dans la solitude… quoique…
    Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  2. Une juste et triste réalité si bien exprimée …Nostalgie du passé qui éveille des blessures,
    des regrets, des peurs du futur. Oui, ça nous arrive tous…mais
    Le moment présent est si lumineux …
     » Lorsque la vie devient aussi précaire, c’est une honte d’en perdre une seule seconde  ». Lone Scherfig

    Merci Jama
    Amicalement
    Manouchka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s