couleurs, Petits pas de côté en 2022

Dessiner un oiseau

J’ai pris racine ici
- dans l’évidence de ce silence 
ce hors temps de mon coeur
- dans cette présence
de mes mains qui dessinent
l'oiseau de mes rêves

j’ai pris racine ici
- dans l’instant fugace de ma feuille blanche 
où le dessin sera tracé
entre le crépuscule sombre et l’aurore lumineuse 
d’un jour habité par le chant de l’oiseau 
prêt à s’envoler d'une cage sans barreaux

j'ai pris demeure ici 
enracinée sur la brume mouvante 
des profondeurs d’une enfance buissonnière
où un dessin sera couleur garance 
herbe des teinturiers  à la coloration éternelle
le rouge de ton sang 
qui coule dans le ruisseau de tes veines.


jamadrou© "petits pas de côté en 22" l'oiseau

8 réflexions au sujet de “Dessiner un oiseau”

    1. Daniel tu as de nombreux problème de santé , mains qui tremblent, besoin d’un déambulateur … pas rigolo tout ça !
      Tu peux lire écrire de la poésie écouter de la musique , manger des bonnes choses …
      Et écrire des commentaires ..,
      Allez Daniel courage et journée tranquille

      J’aime

  1. L’oiseau en cage

    (Photo Jamadrou)

    « Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux,
    Regardez-les s’envoler, c’est beau ».
    Mon canari est né ici,
    Je l’ai appelé Sissi,
    Film qui passait à la télé le jour de sa naissance
    Quelle coïncidence !
    C’est le chouchou de mon cœur,
    Tel un bouquet de fleurs.
    Liberté, liberté chéri,
    Dehors, il périt.

    Avec lui, je ne suis plus seule,
    Sans lui, je chancelle.
    Présence dans ma solitude,
    Quelle béatitude !
    Je l’ai pris en photo,
    De face et de dos.
    Je lui parle doucement,
    Il me répond en sifflant.
    Sa présence,
    Est pour moi alliance.

    Dans mon cœur, il a pris racine,
    Il me fascine.
    Je sommeille quand il chante,
    Une musique chatoyante.
    Doucement, il me berce,
    Son chant me traverse.
    D’autres serins lui répondent
    Et ensemble, forment une ronde.
    Quartier de serins,
    Dans le ciel, un grand dessin.
    Fermez bien la cage de votre oiseau,
    Il est si beau.
    Sa liberté est près de moi,
    Je le tutoie.
    Il reconnait ma voix
    Il vit sous mon toit.
    Sa demeure c’est le salon
    De ma petite maison.
    Il s’est enraciné dans mon logement
    On s’aime sérieusement.

    Il connait son environnement,
    Sa vie est un lent cheminement,
    Vers la demeure éternelle de sa race,
    Sans disgrâce.
    Nous marchons ensemble,
    Nous chantons ensemble,
    Vers cette aurore lumineuse,
    De deux amies heureuses,
    Qui se voient à travers les barreaux,
    Dans l’air d’un boléro.
    (06/07/2022)

    J’aime

Répondre à jill bill Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s