11 réflexions au sujet de “frénésie”

    1. Le hasard a fait que lorsque j’ai découpé mon tableau pour en faire un puzzle , j’ai obtenu 7 morceaux …

      « Le 7 représente la maîtrise de l’esprit sur la matière et du spirituel sur le matériel. Il influence la réflexion, l’analyse et la vie intérieure. »
      Le chiffre 7 tout un symbole !
      « Le chiffre 7 fait bien sûr penser, entre autres, aux 7 jours de la semaine, aux 7 couleurs de l’arc-en-ciel, aux 7 branches de la ménorah (chandelier des Hébreux), aux 7 notes de la gamme diatonique, aux 7 merveilles du monde, aux 7 chakras etc…

      Aimé par 2 personnes

      1. Évidemment… Il y a de quoi écrire toute une thèse sur le 7, et je suppose qu’il y a a pléthore.
        La vie, c’est quelque chose de merveilleux, et un puzzle à déchiffrer dont il vaut mieux de ne pas poser la dernière pièce. 🙂
        Bises et douce journée jama.

        J’aime

        1. Oui Quichottine merveilleux mais toujours se rappeler que la mort est au bout du chemin et apprécier nos 6 morceaux de vie en se rappelant que sur terre nous n’avons pas l’éternité.

          la naissance
          la petite enfance
          l’âge de raison
          l’adolescence
          l’âge adulte
          l’âge d’or
          la mort

          Aimé par 1 personne

  1. C’est la fureur des couleurs qui m’interpelle avec son bouquet d’émotions qui jaillit de la matière en liberté. Le puzzle, comme des barreaux aux fenêtres enserre l’énergie (juste mon ressenti ) .
    Beau dimanche

    Aimé par 1 personne

  2. Qui sommes-nous vraiment, au plus intime de notre vacillement
    Des grains d’étoiles jetés à l’orée du sens et du non-sens ?
    De la poussière d’anciennes lunes en éclipse ?
    Des copeaux de mémoires qui saignent ?
    Des veilleurs aussi silencieux qu’intarissables ?
    Des décrypteurs pulsant une même intensité d’altitude ?
    Des voltigeurs d’extase ?

    Pour celui qui n’a de cesse de recomposer son propre puzzle
    en le tendant vers l’infini
    le « qui suis-je » n’est plus une simple question,
    mais un état, une implosion créatrice, une profession de foi.

    Qui suis-je ?

    Rien d’autre que le murmure polyphonique de cela.
    Une onde en quête de droitures essentielles.

    ***

    Zéno Bianu (né à Paris en 1950) et André Velter (né à Signy-l’Abbaye en 1945) – Prendre feu (Gallimard, 2013)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s