couleur et mot, les mots pour leur dire, Peinture, Réflexion

Page 12, 13 et 14.

Sur la ligne, à la lisière ou plutôt à l’orée du rêve, un pied en équilibre dans la réalité, 
Elle essaie d’avancer en pataugeant et partageant ici, dans ce monde virtuel, ses mots et ses couleurs,  ses surprises du matin et ses remerciements du soir.
Des instants magiques parce qu’éphémères qui à longueur de vie l’émerveillent et la laissent pensive, sous le charme.
Assise sous le charme, le bouleau, le tremble, le cyprès ou le chêne, 
 elle respire comme sous l'emprise du charme d'une certaine poésie.
La poésie c'est peut-être un grand mouvement de sève 
comme en est peuplée la nature tout au long des saisons.
Voilà pourquoi elle profite de chaque montée de sève en elle, de chaque émoi, 
pour écrire quelques impressions ou pour peindre quelques émotions 
sur ces pages virtuelles mais pourtant si réelles.
Rêveuse et incapable de se faire comprendre,  elle ne communique plus par le canal de la raison, 
elle a choisi un tout autre canal 
qui monte en puissance au crépuscule du matin et éclate au crépuscule du soir: 
c'est le canal de l'écriture poétique automatique et de la peinture onirique.
Pour cela, elle a choisi de toujours effleurer les mots
de ne jamais les maltraiter
de ne jamais les brusquer
de jouer avec eux comme on joue avec un nouveau né.
Elle essaie de s'affranchir par la drôlerie 
de certains préjugés qui encagent les mots racontant nos sensations du monde.
 Elle dit que l'humour fait sauter les  verrous du conformisme.
 Est-ce pour cela qu'elle ne sait pas raconter le triste et le laid?
Alors, quand elle est avec les couleurs elle les laisse couler librement 
elle les laisse se mélanger dans l'harmonie du bien vivre ensemble 
pour avoir le plaisir d'assister à la naissance de nouvelles couleurs:
 métis, mulâtre, sang-mêlé, coloured etc...
Des couleurs mêlées qui, ayant la joie au cœur et une grande douceur 
parce que nées d'un amour inconditionnel,
sont tout simplement belles.
Elle croit savoir qu'elles veulent laisser le temps aux oiseaux de retrouver le bleu de la liberté dans le brillant silence de la lumière.
détail mosaïque paléochrétienne, IVème siècle
Elle veut faire de ses pensées des oiseaux libres et en pleine vitalité; 
elle sait qu'elles sont oiseaux de l'espace et que si elle les dépose dans une cage de mots, 
elles pourront certes ouvrir leurs ailes mais ne pourront pas voler. 
Elle veut libérer ses pensées dans le silence de la création picturale.
Parfois elle se trompe et elle trempe sa plume ou son  crayon dans les pots de couleur 
et elle prend son pinceau pour écrire une histoire.
Elle a beau essayer depuis longtemps de dissocier ses mots de ses outils et de sa palette de couleurs,  elle n’y arrive pas! Elle ne fait que mélanger les deux! 
Oui, elle se mélange les pinceaux à longueur de journée , à longueur de vie!

Chut! Patience,  elle est  encore en train de peindre et rappelez-vous, l’attente de la surprise est un moment précieux,  plus beau que la surprise elle même.
Profitez de cette attente pour ouvrir en grand la fenêtre.

Un jour son tableau sera achevé.

jamadrou © « Voyage en 21 » pages 12 et 13  les couleurs et moi

10 réflexions au sujet de “Page 12, 13 et 14.”

  1. L’art, dessins, peinture ou poésie demande du temps, celui de l’inspiration et de la mise en œuvre. En route la muse nos fait changer d’idée ou prendre un léger virage que suit l’artiste, parfois en bougonnant. Qui est le maître ici ! Bonne soirée sans mêler les pinceaux ! Daniel

    J'aime

  2. Laissons là dans ses rêves, sa main seule sait prendre la plume pour la tremper dans les couleurs du temps, Et le rêve devient réel sur le papier… ou sur le toile, Comme un enfant il grandit et se développe en forme tout en nuance au fil des heures.

    J'aime

  3. oui laissons-la grandir Josette mais comme pour un enfant, l’accompagner comme vous le faites avec discrétion, paroles éclairées, indulgence, stimulation, encouragements, gentillesse, etc… est, j’en suis certaine, quelque chose qu’elle apprécie énormément!

    J'aime

    1. Peindre le jardin fleuri baigné de soleil c’est donner la chance aux pensées de se transformer en oiseaux libres en pleine vitalité.
      Tu sais bien Quichottine que les oiseaux de l’espace si on les dépose dans une cage de mots,
      pourront certes ouvrir leurs ailes mais ne pourront pas voler dans ton jardin fleuri baigné de soleil.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s