page pour l'Herbier Poésie

Pour la page 158 de l’Herbier poésies piloté par Adamante

Francis Bacon, Étude de taureau, 1991, huile, peinture en aérosol et poussière sur toile, 198 x 147 cm, collection particulière © The Estate of Francis Bacon / All rights reserved / ADAGP, Paris and DACS, London 2019



Hier sur les gradins
Mon cœur de battre refusait
Les yeux j’ai fermés

A peine revenue
De la frontière du cauchemar
Je voulais vous offrir en urgence
Ce souvenir dans sa brume
Une trace de son appréhension
L’ondoiement de son ombre
Le flou de ses yeux ensorcelants
L’énergie de ses naseaux
L’indompté de ses cornes.

Le sténopé de ma mémoire
Vous offre aujourd’hui sa force et sa beauté
Brouillées par mes larmes
Ma mémoire a essayé d’enregistrer
L’hésitation de la bête en mouvement
Mon souvenir s’est efforcé à garder
Ce que l’affolement a imprimé
Comme distorsion à son corps
Plutôt que la vélocité de cette bête en furie.

 Rapidité tourbillon fuite
Mort dans l’âme
Tout va s’estomper comme un pastel
Dans un nuage de poussière
Je voulais avant qu’il ne soit trop tard
Prendre mes distances
Avec cette force indomptée
Et ne pas m’effondrer

 Hier dans l’arène
Fier il a rendu l’âme
Le taureau est mort.



jamadrou © 3 janvier 2020  « Pour l’Herbier poésies »



14 réflexions au sujet de “Pour la page 158 de l’Herbier poésies piloté par Adamante”

    1. on a chacun un « toréador » à combattre, sortir gagnant du combat n’est pas toujours chose aisée Quichottine; tu vas y arriver.

      Je viens de lire ton com. sous l’article Martial où tu dis être morte de rire!
      je vais essayer ici , aussi, de te faire rire.
      Tu sais que les amourettes (testicules) de taureau sont comestibles et paraît-il délicieuses https://www.bell.ch/fr/bell-code-1869/connaissance-de-la-viande/boeuf/morceaux-de-viande/boeuf-testicules/
      Des hommes après la corrida aiment aller manger ce plat qu’ils trouvent copieux et succulent .
      Un jour un habitué vient manger ce mets qu’il sait copieux, succulent, aphrodisiaque, merveilleux..
      Dans son assiette il voit arriver deux petits trucs ridicules.
      Il demande au serveur pourquoi il y a si peu de choses dans son assiette
      Le serveur de lui répondre: « Vous savez Monsieur dans une corrida ce n’est pas toujours le toréador qui gagne. »

      Aimé par 1 personne

        1. Oh ! Moi non plus jamais gouté …horreur!

          L’homme puni pour sa malveillance, sa méchanceté, son cruel et indifférent regard envers la souffrance animal = un juste retour des choses. A quand la rébellion des animaux?
          😌😘

          Aimé par 1 personne

  1. J’ai préféré pour ma part métamorphoser le taureau pour lui éviter une entrée spectaculaire et cruelle dans l’arène. Mais mon image sera-t-elle plus réjouissante ? Je le souhaite en tous cas… A suivre demain en mon jardin…

    J'aime

  2. Jeanne, merci pour ton ressenti qui me laisse penser que mes mots on su conter l’impénétrabilité des réactions humaines face à la mise à mort de la bête qui elle ressent très bien son terrible et tragique destin mais n’a rien demandé…
    Oui Jeanne un grand merci pour tes mots déposés ici.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s