Couleurs et traits

8. Dualité





dessin encre de chine et aquarelle 30/21 cm
il est le jour il est la nuit
il est le sombre il est la clarté
il est le rond il est l'anguleux
il est la couleur il est le noir et blanc
il est figuratif il est abstrait
il est.

La dualité qui est la contradiction de l’unité en est aussi la conséquence. C. Baudelaire

15 réflexions au sujet de “8. Dualité”

        1. Chacun trouve dans les mots , les dessins, les peintures ce qu’il a envie Max et quelquefois ce qu’il cherche..
          d’où l’intérêt des commentaires de chacun
          Merci à toi

  1. MEDIAIRES D’UN FEU FOLLET

    Je ferai de mes souvenirs une bastide érigée sur les racines du vent et d’une ombre très amalgamée par liaisons d’avec une souche sans amertume, nous y survivrons.Vois, porteuse de vie à l’auréole d’un sein très sûr.

    Ô souffleuse de sons sur l’air de l’imaginaire, sursis des regards apeurés sortis d’une naissance sans ambages, je te regarde et je persiste.

    De cette trousse nous en sortons des effigies, du pourtour de la grève un hurlement lointain nous fit songer à d’autres lieux, rugissements d’un dragon mort, il en reste des paysages très chers.

    Et pour deviner, une fois encore, les accords que préféraient les horizons sans démons, nous nous mîmes à rassembler les quelques devises sous l’arbre des saisons.

    Puis la résonnance, comme une perle de nacre, fit la semence sur un grand galet sombre, comme si les ondes de la lumière l’eussent réduit si lisse qu’aucunes pousses n’en puissent plus égrener le fond.

    Un soir, nous nous assîmes près du feu, les lucioles en silence se hâtèrent vers ce qui semblait n’être que des oiseaux couleur d’ambre, similitude d’un vol loin des contrées épuisées.

    Leurs aires aux combles des déclinaisons, contes à l’orée de royaumes in-imaginés ; comme des créatures oubliées tourmentant l’orage, elles tournoyaient autour d’un feu follet ; leur regard était de soie jaune.

    M.A

    1. Mr Asti , j’aurais préféré un lien discret vers votre article (par respect pour votre prose je ne la supprime pas )
      ainsi qu’un commentaire inspiré par mon billet du jour

  2. Une superbe illustration de la dualité tant en mots qu’en illustration . J’aime beaucoup ce qu’elle suggère aussi cette intériorité et cette fuite vers l’extérieur , cette mise en abîme et cette fuite infinie . Bref , j’adore
    Bonne journée
    Bises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s