Histoire à dormir debout, Rêve et réalité

Dans le pavillon au fond du parc… (suite de « je vous offre des images »)

Te souviens-tu Mayalila 
en voyant la robe blanche dansant au vent tu m'avais dit:
"Cette robe dansant dans la lumière de ce pré
m’évoque une fée passant à travers bois et champs,
une sorte d’apparition transparente et lumineuse."
- La fée un jour était peut-être assise dans ce pavillon.
Je crois voir une robe soleil...

Et toi Gibulène te souviens-tu ? tu as dit:
"Dans la lumière du couchant,
elle mit sa camisole brodée à sécher;
elle savait que la lune l’imprègnerait d’un doux reflet….
Mais la lune est féminine, il lui fallait l’attirer :
alors d’un geste naturel
elle souligna légèrement la taille avant de s’éloigner.
Un sourire flottait sur ses lèvres.
Elle savait que cette nuit viendraient les fées,
lutins et farfadets….
en laissant ainsi ses dentelles,
c’est un peu d’elle qui restait"
- Je t'ai dit continue cette belle histoire
tu m'as répondu
"non, non, c’est à chacun(e) d’imaginer
ce qu’Elle a vu des fenêtres du donjon, au loin…."
Alors en laissant l'imagination pédaler
dans les méandres de nos rêves
regarde bien Gibulène,
la lune a bien imprégné sa robe d'un doux reflet
mais ce n'est pas de la fenêtre du donjon qu'elle regarde
c'est bien de la fenêtre du petit pavillon au fond du parc.

Et toi Jill te souviens-tu?
Tu as cru voir un fantôme
"Il y a des fois où les fantômes apparaissent au grand jour,
on peut alors les capturer…
les pendre,
les voir se balancer dans la brise automnale
à notre merci…
au fil des heures…
comme un bourreau regarde son pendu…."
- Ouah!!!mais qui donc a capturé le fantôme
qui se balance dans la brise automnale?
Jill tu voulais qu'il se dénonce
et je t'ai répondu patience
avec le temps tout arrive à se savoir...
Le fantôme est-il prisonnier de son passé
dans l'ancien pavillon au fond du parc?
Qui donc le sort de temps en temps pour le pendre
et avoir le plaisir de le voir se balancer
à la brise automnale?
- Le lierre a poussé, le pavillon est en ruine
et semble pleurer le faste passé.
Deux coeurs nous offrent la lumière du soir,
le fantôme de la dame blanche
rôde dans ce lieu abandonné c'est certain...
Est-il à la recherche du deuxième coeur lumineux?

Et toi Colette te souviens-tu?
Tu l'avais bien vue cette dame blanche
"Tremblante, frêle et légère dans le vent,
elle affronte l’automne !"

Et toi Balaline te souviens-tu, tu m'as dit :
"Plutôt que la fée invisible,
je préfère y surprendre mon arrière grand – mère
en robe de mariée chantonnant cet air tendre
de son beau violoniste,
sous les hourras joyeux des enfants en gaieté !"
Je t'ai répondu,
envoutée par le charme de ton arrière grand mère,
- "Oh! Balaline je la vois ton arrière grand mère
et j’entends l’air tendre de sa chanson
et je vois le beau violoniste tout énamouré
et je vois les enfants
en beaux habits courir joyeux dans le parc…
Que de joie dans cette vision!!"

Balaline ton arrière grand mère est- elle en train
de nous donner à chacune
quelques réponses à nos question?
Les deux coeurs
La robe de mariée
Une chanson
Un violoniste amoureux
....
Mais pourquoi cette apparition?
cette grand mère est-elle une âme en peine?
cherche-t-elle à être délivrée d'un lourd secret?
pourquoi revient-elle dans ce parc ?
errante, attend-t-elle la délivrance ?
le repos éternel?

Je ne sais...




15 réflexions au sujet de “Dans le pavillon au fond du parc… (suite de « je vous offre des images »)”

  1. Coucou Jamadrou, je t’ai vue dans ta robe de soleil, avec ton gentil sourire ! Mais cette robe blanche respire la joie et la gaieté et je ne vois pas de grand-mère revenir chercher quoi que ce soit…

  2. J’aime à entretenir le mystère, et si je me promène mi femme, mi fantôme c’est pour nourrir les rêves des amoureux des lieux…
    Jamais vous ne saurez vraiment qui je suis,
    toujours je hanterais les lieux qui un jour m’ont vu naître…
    Mi femme, m-fantôme ou juste l’ombre de vous même ????

    1. ABC : entretenir le mystère …une occupation fascinante qui fait
      – d’un pavillon au fond de la forêt la demeure d’un elfe lumineux,
      – d’une robe blanche suspendue dans l’air du temps une fée une princesse-fantôme immortelle et au pouvoir magique
      – d’une douce clairière la piste de danse des elfes les nuits de pleine lune ou les matins brumeux…

      Entretenir le mystère une travail de longue haleine pour faire de la vie un conte de fée…

      1. Faire de la vie un conte de fée…
        C’est joli… aussi joli que tes images, que cette robe dans le vent, et les mots que chacun y a déposé.
        Merci à toi, merci à tous.

        1. Le temps de ta lecture t’a peut être permis de souffler sur ta douleur ?
          Merci Quichottine tu as malgré tes souffrances toujours les mots douceurs pour chacun, tu as toujours « l’âme à la tendresse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s