Nature poésie

Je me répète

 Puisque ma vie n'est qu'illusion
rien qu'un peu de racines et de terre à jardiner
Puisque mes arbres ne sont que richesse en devenir
pour hommes pressés et avides
Puisque les oiseaux et les papillons disparaissent
de mon regard
honteux d'être témoins de ce qu'on fait subir à la Terre
Puisque j'écris pour ne pas être lue
mais pour me conforter moi-même
Puisque j"ai comme consolation
ce coin au Bout du monde
Finistère
Puisque je sais qu'existe un autre monde heureux
Puisque les agapanthes seront toujours libres
même derrière une barrière
Laissez-moi croire que quelque part
mon âme volera tel un papillon
et chantera tel un oiseau
découvrant qu'il a toujours su voler!
Laissez-moi croire que la simplicité
en dégonflant l'emphase
offre un passage à l'humour et à l'amour
aux mots qui embrassent la vie
Laissez-moi croire que c'est ça, la poésie.

Jamadrou de Kermadrou © 2019 : « J’aimerais laisser mon nom à un arbre ou à un oiseau »

17 réflexions au sujet de “Je me répète”

  1. La poésie, expression de la Foi ? Plus que cela… Expression de la Vérité qui passe à travers nous sans même que nous sachions comment ; au point que parfois même nous ne parvenons pas à la comprendre…
    « Laissez-moi croire… » N’est-ce pas à nous-même que s’adresse cette prière ? Car qui pour nous empêcher de croire… ?

    1. Je viens de lire sur le journal parmi les nouvelles du jour, qu’Arthur Rimbaud disparu depuis 127 ans reçoit toujours du « courrier » au cimetière de l’Ouest à Charleville-Mézières dans les Ardennes. Le gardien veille sur la tombe du poète et relève ses lettres parfois enflammées qui viennent du monde entier. Elles sont toutes conservées dans des petites boîtes comme autant de témoignages d’affection et d’admiration. (au moins deux ou trois lettres par semaine…)

  2. Sur la planète des poètes les papillons chantent et si les bibliothèques perdent leurs feuilles en automne elles reverdissent chaque printemps…
    Les herbes folles ont dispersées leurs graines et ce n’est pas l’homme qui sera vainqueur mais le végétal dont la force est inouïe, l’arbre au papillon qui chante près du nid de l’oiseau le sait bien et attend son heure

  3. La poésie est papillon
    Elle batifole ici et là
    S’envole, butine…
    et ses lecteurs sont des fleurs
    Qui exhalent son parfum
    Dans les jardins du cœur

  4. Je crois bien… que ce que tu as voulu dire est que la poésie est partout….
    En nous, autour de nous.
    Et j’aime chacune des expressions de ce poème mais ce passage m’a interpellé d’avantage :
     » Laissez-moi croire que quelque part, mon âme volera tel un papillon et chantera tel un oiseau, découvrant qu’il a toujours su voler! »
    J’y crois …Prenons-en conscience tout de suite, là…maintenant !!!

    Je te souhaite une agréable soirée Jama…Merci
    Manouchka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s