Rêve et réalité

Au fond du jardin, le téléphone du vent…

Au Japon, dans le nord du pays, à Otsuchi, village décimé par le tsunami en 2011, un homme a installé une cabine téléphonique reliée à nulle part. Un drôle d’endroit devenu un lieu de pèlerinage pour les endeuillés…. lire le reportage de DOAN BUI sur l’Obs n° 2849 du 13/6/2019, page 45

j’ai photographié la photo de Alex MCBride L’OBS n° 2849- 13/6/19
j'aimerais, moi aussi, 
avoir au fond de mon jardin une cabine téléphonique
pour aller converser avec mes morts.
Vous savez bien comme j'aime me raconter des histoires!
Ces histoires que je fabrique
avec mon passé et ceux qui le peuplaient.
Moi je suis toujours en vie
alors pouvoir continuer la conversation avec eux ,
au calme, au fond de mon jardin ,
moi je vous le dis, ça me plairait bien!

Au fond de mon jardin il y a une cabine tranquille, jolie,
avec un vieux téléphone à cadran qui fait grrrr quand on le tourne.
Un vieux téléphone reliée à nulle part mais qui permet,
sur les ailes du vent, sur la poussière d'étoile, sur la lumière de la lune,
de parler avec mes morts.
Ma cabine du vent est bien plus jolie que la cabine de plage.
Elle a un Loom,
ce vieux fauteuil en rotin confortable laqué rose dragée aux doux coussins fleuris,
des mouchoirs blanc brodés aux initiales des âmes tendresse
mouchoirs posés là pour la résurgence de mes larmes.
Il y a aussi dans cette cabine,
sur la petite étagère - écritoire,
des photos, un gros cahier à spirale, une boite de crayons de couleur.
Je peux écrire avec la couleur du jour
les lettres des mots jamais épelés,
les mots aux lettres noires,
les lettres d'amour.
Ces mots sont postés dans le carnet à spirale.
La spirale n'est pas infernale,
elle est frontière entre deux mondes celui des vivants et celui des morts.
Je peux ôter une feuille
et en faire un oiseau en papier
ou un avion prêt à s'envoler.
Croyez-moi si vous voulez
mais sur le cadran le premier numéro que j'ai composé
c'est celui de la maison quand j'étais ado
ce numéro est gravé dans ma mémoire pour l'éternité.
Aujourd'hui, et je ne suis pas la seule, je fais confiance à mon portable,
il a une si grosse mémoire que je m'en remets entièrement à lui
et ne fais plus aucun effort pour me souvenir...
Dans ma cabine au fond du jardin,
j'entends la mer et j'entends aussi l'écho de mes disparus
il y a je ne sais quoi qui vibre
des ondes fragiles mais captivantes qui volettent,
qui nourrissent ma mémoire et mon imaginaire
avant de se poser doucement sur mon cœur.
Dans ma cabine téléphonique au fond du jardin
il y a le parfum du passé
qui se mélange avec celui de mes roses et de ma lavande
d'aujourd'hui.

28 réflexions au sujet de “Au fond du jardin, le téléphone du vent…”

  1. Ma cabine téléphonique est raccordée aux rayons de lune. Elle fonctionne à merveille et je m’en émerveille. Reliée à toutes les étoiles, aux souvenirs, à l’hier et même au demain , de jour comme de nuit, je me connecte sans internet. Le petit plus ? Elle me suit partout ;-), ne demande pas à être rechargée et n’est encore jamais tombée en panne …

    1. Alors Cat’ au sommet de tes montagnes tu as trouvé la Grande Parabole celle qui te transmet ces ondes venues d’un ailleurs ce pays où les âmes tranquilles iront toutes un jour; et je vois un sac à dos plein de « vivre toujours »

        1. tout va alors pour le mieux ! En plus j’aime le violet …, couleur du sac à dos que Bernard a emporté pour son voyage …. Merci Jacq’ pour ta belle cabane ( oui avec un « a » ) téléphone .

    1. Marie tu es en train de la construire et ta maman attend le jour où elle sera terminée sur ces fondations que son le chagrin et le désarroi , je vois déjà sur son « toi » des tuiles brillantes vernissées par le temps…

            1. Marie je dépose ici ce texte / Le silence de l’autre… / Frédéric Boyer

              « … Je ne sais si l’autre disparu me parle et si je puis communiquer avec lui, mais je me tiens alors dans cette incertitude comme au lieu le plus intime de ma condition de vivant et de parlant. Je m’engage dans cette tâche d’avoir à traduire le silence de l’autre, son absence. Il n’y a pas de présence des morts, mais leur absence précisément nous parle et nous fait parler. Elle nous ouvre à une autre expérience de notre présence au monde. Une présence capable d’accueillir l’absence. Notre parole s’approfondit du silence des disparus. Notre présence s’éprouve dans leur absence. Je parle à l’autre qui m’a quitté. M’entend-il ? Je sais que non probablement, mais la mort a éveillé, dans mon impuissance à lui parler, le désir profond de communiquer.

              Ce paradoxe est mon humanité. C’est cet inespéré qui apparaît en traversant le deuil : que l’absence devienne exigence de parole…  »

              Arriver à ce que l’absence de l’autre  » nous ouvre à une autre expérience de notre présence au monde. Une présence capable d’accueillir l’absence »
              est un bien long chemin qui peut en effet passer dans ces longs monologues assis dans la cabine au fond du jardin…
              Merci Marie pour ce beau partage.
              Bon cheminement.

  2. Sur le téléphone du vent je compose des numéros dont l’indicatif chantait… Ségur, Vaugirard, Lecourbe, Blomet … parfois je demande le 18 à S… aujourd’hui je fais confiance aux oiseaux car les chiffres sont des rebelles qui m’échappent !

    1. Ah Josette il est loin le temps où il y avait une présence humaine qui nous mettait en relation avec ceux qu’on aime!!
      Sur nos portable nous pouvons dialoguer avec Siri robot sans âme à notre service…
      Plus assez de place dans le ciel pour laisser circuler tranquillement les ondes positives…
      Alors tu as raison faisons confiance aux oiseaux

  3. On te reconnaît bien dans ce délicat et si esthétique agencement du lieu. Oui, il est si doux d’avoir son petit coin secret, agencé avec ses rêves… Et ton texte est d’une grande beauté.

  4. Quelle belle création que ce lieu paradisiaque qui sent bon le bonheur.
    Il y a toutes ces beautés de nature, pour y rêver doucement et en plus, pouvoir parler avec
    ceux de là-haut que tu as aimés.
    Merci pour cette charmante visite Jama…

    Belle et agréable soirée
    Manouchka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s