Nature poésie

Hier, je vous disais…

Hier dans ma poésie du matin
je vous disais
"le jardin est mon ciel"
aujourd'hui je vous dis
le ciel est mon jardin
j'y ai planté des nuages
et du bleu pour faire joli et sage
du gris pour faire venir la pluie
grigri porte-bonheur
porteur d'eau
d'eau de pluie
J'y ai planté le tournesol
celui qui tourne autour de son ombre
et qui
en "faim" de course
offre ses graines aux oiseaux
J'y ai planté quelques éclairs
pas pour plaire
mais pour faire peur aux téméraires de guerre
Au bout j'y ai planté la mer
tout s'y reflète
pour me permettre
de marcher en équilibre sur la ligne d'horizon
le ciel est mon jardin tout rond
je le cultive avec trois "foi" rien
et ma foi ça c'est drôlement bien!

17 réflexions au sujet de “Hier, je vous disais…”

    1. chacun a son jardin Josette
      secret et pas si simple à partager.
      Bisou
      ton oiseau aux pattes fatiguées va-t-il mieux ? pourra-t-il bientôt voler au fond du jardin?

      1. nous attends la visite du 16 juillet pour connaître l’évolution de la reconstruction de la hanche… mon oiseau ne s’appuie pas toujours sur ces ailes et commet bien des fautes qui me font craindre pour l’avenir…je prie le « ciel » !

        1. Commettre des fautes s’est vouloir tester c’est être impatient c’est croire en l’à venir
          Mais, dis à ton oiseau rare qu’il ne faut pas aller plus vite que la musique par crainte de créer la disharmonie…
          Courage à vous deux

            1. seriner …un verbe que je croyais inventé par ma maman
              Seriner viendrait d’un nom d’oiseau, le serin cini, qui chante de manière intensive et variée, d’une voix aiguë un peu métallique caractéristique.
              – (Vieilli) Instruire un oiseau au moyen de la serinette.
              Une serinette est un instrument de musique mécanique primitif assimilable à un orgue destiné à apprendre des mélodies courtes à des oiseaux siffleurs.

              ton oiseau siffleur sera bientôt toute harmonie….

              1. je voulais aussi te dire que je trouve l’expression prendre un parapluie pour un parachute, géniale!

                ah ah je vous imagine tous les deux , les plumes doivent voler!!!

  1. Ton bel article me fait penser à un passage du livre : Où cours-tu, ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? de Christiane Singer…
     » Il existe un espace que rien ne menace, que rien jamais n’a menacé et qui n’encourt aucun risque de destruction, un espace intact, celui de l’Amour qui a fondé notre être.  »

    Merci ma belle pour cette douce promenade dans ton merveilleux jardin.
    Bonne soirée
    Amitiés
    Manouchka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s